Sexe fanfiction Robinet de sexe

sexe fanfiction Robinet de sexe

..

Sexe photo photo sexe mature

J'aime Jasper, je l'apprécie vraiment, c'est mon meilleur ami, mais les sentiments que j'éprouve pour lui ne sont pas comparables à ceux que j'ai pour Bella. J'ai plutôt une attirance sexuelle et perverse envers lui, aussi l'excitation de l'interdit. Jasper bougeait contre moi. Je sentais son nez me caresser et des petits bisous dans mon cou. Je fermai les yeux. C'était bon, je profitai de ce petit moment.

Jasper n'était jamais tactile dans mes souvenirs. Il se fit plus entreprenant en approchant sa bouche de la mienne. Ma bite était gonflée au maximum, je sentais que mon gland devenait humide. J'ai deux options, je me laisse faire ou je prends le contrôle.

Je n'eue pas à me poser la question longtemps, Jasper se releva et me surplomba. Il me fit un sourire sexy. Comme toujours il voulait prendre le contrôle. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il plaça un oreiller sous mes fesses pour que je sois plus accessible. Sa langue caressa l'entrée de mon anus, naviguant de bas en haut, tournoyant autour, faisant même entrer sa douce langue à l'intérieur.

Je prenais souvent le contrôle dans mes baises avec Bella mais avec Jasper, je n'en avais pas eu souvent l'occasion et je m'en fichai en ce moment, ça allait être dément. Je sentis son doigt se joindre à sa langue et faire des va-et-vient. Pendant plusieurs minutes cette langue me fouille, me lèche avant qu'il ne revienne avec son doigt à nouveau, puis deux doigts.

Mon anus s'ouvrit, je suis complètement relâché, les jambes écartés au max, il a complètement pris le contrôle de mon corps. En même temps qu'il me doigte, avec son autre main, il me branle la queue. Je suis obligé de l'arrêter car je sens que je vais éjaculer et je veux faire prolonger le plaisir. Il me relève les jambes les mettant sur ses épaules et son sexe glisse doucement en moi, il m'a tellement bien lécher que je suis lubrifié pour que ça rentre tout seul.

Il commence ses coups de reins d'abord lents et longs cognant sur ma prostate s'accrochant à mes cuisses. Il avait le visage fixé sur l'endroit où nous étions joints.

J'entendais et surtout je sentais sa paire de couilles frapper contre mon cul, ça m'avait manqué. Bella utilisait souvent la ceinture strap-on qu'on avait acheté il y a quelques années, putain ce n'était jamais aussi bon qu'une vraie queue, mais surtout jamais aussi bon que la queue de Jazz. Jasper se retira de moi et me fit retourner sur le ventre et sans douceur il rentra en moi d'un seul coup de rein. Il accéléra butant fort en moi tenant mes hanches s'agrippant désespérément me martelant.

Je savais qu'il était proche, je pris ma queue dans ma main et commençai à me branler durement attendant que mon mec me donne ses derniers coups de boutoir avant de sortir et de jouir sur mes fesses et pour jouir à mon tour sur les draps. J'en ai encore des frissons. Je vais plus pouvoir me passer de ta bite Jazz, dis-je en lui volant un baiser. Je me levai du lit et me glissai sous le jet brulant de la douche.

Jasper y entra quand je sortis ne me laissant même pas fermer le robinet. Je m'habillai et attendis Jasper pour descendre prendre le petit déjeuner avec les autres participants de ce colloque, normalement comme deux amis, deux collègues de travail. Le contenu de ce séminaire pour la semaine faisait état des connaissances les plus récentes touchant diverses problématiques sexologiques contemporaines.

Les thématiques abordées, étaient, les nouvelles technologies de communication et sexualité; les enjeux internationaux en santé sexuelle et en éducation sexuelle; la citoyenneté sexuelle et intersection des identités; les traumas sexuels et interpersonnels; le développement de la sexualité et de l'intimité à travers les âges et dans le monde moderne; les représentations de l'amour, du couple, des sexualités, de l'érotisme et de la pornographie; criminologie, contrôle social et sexualité; agression sexuelle, troubles sexuels, diagnostics et interventions spécifiques.

Assez grosse journée qui se termina vers 19h. En arrivant dans la chambre, je me laissai tomber sur le lit changé, l'autre faisant office de porte-bagages. Jasper s'écroula sur le dos à côté de moi. C'est pire d'assister à ses ateliers que de les animer, dit-il en se frottant le visage. Je fermai les yeux relaxant dans le silence et je crois que mon ami en faisait autant.

Je ne sais plus depuis combien de temps nous étions là quand une sonnerie dérangea notre tranquillité. Edward mon chéri, je sais que tu vas chez Gucci avec Jasper. Tu prendras la commande pour moi aussi. Je l'ai fait mettre à ton nom. Je t'aime mon amour, Bella. Jasper ricana quand il lut le message de Bella que je lui montrais. On enfila un bermudas, un t-shirt et nous filions vers Rodeo Drive. Comme à chaque fois que nous passions une semaine à Los Angeles, nous nous retrouvions sur cette rue à récolter les paquets d'Alice et de Bella.

Jasper n'était vraiment pas dans son élément même s'il pourrait y être habitué maintenant depuis qu'il vit avec Alice, mais moi, même si je détestais faire du shopping pour Alice, j'adorais en faire pour moi et surtout pour acheter des souliers à ma Bella. Je me stoppai devant une paire de chaussure haute décontractée, bleue, rouge et noire qui portait le nom de Louis Orlato Men's Flat.

Je vis qu'elle avait elle aussi rit face à ma réplique. On sorti de la boutique et j'avais maintenant les bras plein de sacs. Jasper soupira et héla un taxi pour qu'on rentre à l'hôtel. Comme chaque fois que nous sommes toutes les deux seules pour la semaine parce que Jasper et Edward sont en colloque, nous en profitons pour passer la semaine ensemble et se livrer à des séances de sexe torrides Alice et moi. Les garçons ne le savent pas, mais depuis ce fameux soir i ans dans le chalet de la soirée bizutage du programme de sexologie, Alice et moi on ne peut plus se passer du corps de l'une et de l'autre.

On avait continué à faire des parties à 4 durant l'année qui a suivie, mais un soir Alice et Edward avait eu peur de se laisser aller ensemble et depuis nous avions discutés tous les 4 et nous avions décidés qu'après le mariage d'Alice et Jasper, nous cesserions nos soirées sexe.

Alice et moi avions tenu seulement 6 mois après le mariage. Nous étions consciente que les mecs ne seraient pas heureux de savoir qu'on entretenait une relation toutes les deux en secret.

Je suppliais Edward pratiquement chaque semaine de proposer à Jasper de reprendre nos soirées, mais il ne voulait pas, disant qu'il n'en ressentait pas le besoin. Mais au fond de moi je savais que c'était par rapport à Alice, qu'il en avait très envie, il adorait baiser avec Jasper. Viens voir, j'ai tout plein d'échantillon de lingerie de ma nouvelle collection. Je posai mon sac et mes clés sur le buffet et je me dirigeai vers le salon où Alice trépignait d'impatience.

Comme à chaque fois qu'elle avait des échantillons de sa prochaine collection, elle avait un stock d'enfer sur un énorme porte valise comme on en voit dans les hôtels. J'étais une chanceuse d'avoir une amie qui avait une collection de lingerie, je pouvais me servir dans le stock sans que ça ne me coute un seul sous. Et en prime, j'avais les plus beaux sous-vêtements sur le corps. On passa près de 2 heures à essayer la lingerie, Alice prenait des notes sur les améliorations à y faire ou non.

Je nous avais ramené 2 bouteilles de vin blanc tandis qu'Alice avait ramené des sushis. La première bouteille de vin tirait à sa fin et je me tournai vers une Alice complètement nue.

Je remarquai une mèche folle sur son front que je remis en place. Elle posa sa main sur la mienne et embrassa ma paume en fermant les yeux. Elle fit descendre la nuisette de dentelle rose que je portais la faisant tomber sur le sol.

Je passai ma main derrière sa tête, ne forçant pas beaucoup sur sa nuque pour l'attirer vers ma bouche. Je posai mes lèvres sur les siennes en un simple bisou. Nous nous regardions longuement, sans rien dire. Cette fois ce sont ses lèvres qui me rendent le petit baiser. Ma langue passa sur ses lèvres demandant l'accès à sa bouche. Nous ouvrions la bouche toutes les deux et nos langues se trouvèrent enfin. Lui, un estimé professeur de la non moins estimée Ecole de Magie et de Sorcellerie de Poudlard avait couché avec un de ses élèves et un garçon encore en plus.

Severus frotta son visage entre ses deux mains fines. Par contre, il ne fallait pas compter sur le personnel du Butterfly pour avoir un petit déjeuner digne ce nom. Le boucan des robinets lui fit esquisser un sourire.

Le Serpentard espérait que son jeune amant ne souhaite pas rentrer trop vite au Square Grimmaurd. Il y en avait une colossale! Rejetant les draps et couvertures, Severus quitta le lit et sans prendre le temps de revêtir quoi que ce soit, il traversa la chambre et ouvrit la porte de la salle de bain sans frapper.

Le jeune homme serra sa serviette contre lui en rougissant et en baissant les yeux, visiblement intimidé. Harry… je suis désolé, vraiment.

Comment le lycanthrope avait-il osé faire ça au gamin? Il allait en glisser un mot à Dumbledore et sans nul doute, le vieil homme allait se mêler des affaires de ces emmerdeurs! Par Merlin, tu es un sorcier majeur! Mais bon… que peut-on espérer de cet idiot influencé par Black, ce sale cabot pouilleux? On peut y aller à deux, la baignoire est assez grande. Ensuite on ira prendre un petit déjeuner ailleurs. En rougissant, Harry tourna la tête vers la baignoire que Severus était en train de remplir.

Le petit sourire en coin que le sorcier lui lança alors, confirma au jeune homme les intentions du potionniste…. Ron ne pouvait-il donc cesser de se mêler des affaires de leur ami? Bien entendu, il ne tint pas compte de ces souvenirs et continua de ronchonner en songeant aux folies que le petit idiot était sûrement en train de commettre.

Bon sang ne savait mentir, disait-on…. Molly, quant à elle, était furieuse et prenait Albus Dumbledore à témoin. Comment laissait-il une telle folie se produire?

Le pauvre garçon aurait pu faire une mauvaise rencontre, atterrir dans un quartier mal famé et se trouver sur le chemin de créatures infâmes faisant commerce de leurs corps. Après tout, il était connu que les Moldus étaient décadents…. Et où ce pauvre enfant a-t-il dormi cette nuit? Et a-t-il seulement mangé? Enfin Albus, vous ne pouvez pas le laisser ainsi livré à lui-même, il va lui arriver malheur!

Il est en parfaite santé et très satisfait de son sort. Délicatement, Hermione retira le lien de tissu et ouvrit le courrier. Les Weasley avaient parfaitement compris de qui provenait la missive.

Pour la même raison, elle tenait à avoir Harry sous sa coupe et le plus possible en présence de sa Ginny. Hermione lut sa lettre attentivement et la replia avec un sourire. Elle poursuivit en déclarant avoir par conséquent sa malle à préparer. La jeune fille reposa sa serviette de table et se leva pour quitter la pièce. Harry allait perdre un de ses seuls soutiens avec Dumbledore dans ce vieux manoir délabré.

La brunette aux cheveux touffus se doutait que le jeune homme serait bien protégé par le vieux Directeur ainsi que par Rogue, qui curieusement semblait avoir accepté de jouer les nounous et de sacrifier ses week-ends pour son élève honni.

Quant à elle, quitter le Monde Magique et ses manipulations récemment mises à jour allait lui faire des vacances. Au sens propre comme au figuré! Au matin du lundi, Severus Rogue avait transplané dans le petit jardin public en friche du Square Grimmaurd, Harry Potter serré dans ses bras.

Leur dimanche avait été une réussite totale. Pour Harry, cette journée avait été une révélation. Le jeune Gryffondor avait dû mordre sa main pour ne pas hurler de rire dans la salle obscure, ce qui aurait fait un peu désordre.

Et tu sais comment tu dois te comporter. Il est impératif que notre secret soit bien gardé si vous voulons continuer ce que nous faisons en toute tranquillité. Si tu me donnes des cours particuliers, elle va faire un foin pour que tu en donnes à Ron et Ginny aussi. Le ténébreux professeur réfléchit alors un court instant tout en dévisageant Harry.

Severus traversa le jardin sans un mot, Harry trottinant derrière lui. Le Garçon-Qui-Avait-Survécu avait pensé à cette vieille demeure comme un sanctuaire, son havre de paix qui le délivrait des Dursley. Et il allait devoir en affronter les gardiens: Les deux hommes montèrent les vieilles marches de pierre et Severus pointa sa baguette pour en toucher la porte. Il fallait dire aussi que Sirius Black ne faisait rien pour arranger les choses, bien au contraire.

Il avait oublié combien cette odeur était pénible et pénétrante. Au fond du couloir sombre, les doubles-rideaux noirs mangés aux mites qui dissimulaient la toile de Walburga Black étaient tirés. Severus posa un doigt sur ses lèvres et à pas de loup, après avoir fait signe à Harry de le suivre, il descendit tranquillement les marches menant à la cuisine. Dans la longue pièce sans fenêtre, éclairée par de vieilles lampes à gaz poussiéreuses, le silence se fit à leur entrée.

Toutes les têtes des personnes présentes se tournèrent vers eux. La brunette avait certainement réussi à joindre ses parents et à partir avec eux. Ron et Ginny semblaient furieux et Ron, les yeux plissés de jalousie, examina les tenues des deux hommes en les détaillant des pieds à la tête. Comment pouvait-il offrir un tel spectacle à des enfants innocents?

Et que Circée lui vienne en aide, ce mécréant ne pouvait-il donc pas cacher cette infamante Marque des Ténèbres? Comment as-tu osé disparaître ainsi tout le week-end, sans même nous prévenir? Nous ne sommes pas tes Elfes de Maison! Albus Dumbledore leva un sourcil intrigué. Mais visiblement, la nature profonde de Molly Weasley née Prewett refaisait surface….

Dorénavant, je partirai le vendredi soir comme le Professeur Rogue et je reviendrai le lundi matin, également comme lui. Severus le vit et choisit alors de mettre son petit grain de sel…. Je vous ai promis un baume pour votre bras. Venez, je vais vous donner ça tout de suite.

Et ne vous couchez pas trop tard ce soir, demain vous avez rattrapage en potions! Vous allez donner des cours de potions à Harry? Cet échange de bons procédés est parfait. Vous êtes allés où? On y passait quoi? On dit que la couleur et le parlant, ça change tout. Ça nous a bien fait rire! Je suis ravi que vous vous soyez bien amusés. Dissoudre de la peinture?

Molly, Ron et Ginny se regardèrent avec agacement, quelques lueurs de colère dans les yeux. Ils étaient furieux de la défection de la brunette dont le départ avec été passablement mouvementé.

Je lui ai donné quelques adresses de quartiers sorciers, mais celui de Pompéi est incontournable! Mais ce sont des ruines… le Vésuve….

Que pour les Moldus! Les ruines les occupent et ils ne voient pas le reste de la ville, celle qui est cachée derrière les barrières magiques. Et elle est parfaitement intacte! Harry en resta bouche bée et songea que la magie était vraiment une très belle chose. Pas les crapauds cornus! Vous êtes vache, Professeur Rogue!

Et des modèles géants! Ce sera les yeux de tritons! Finalement je poste un message sur ce compte là aussi, car tu as beaucoup de boulot de poster sur les deux comptes: Notre jeune lion va vite y prendre goût! Wahou quel superbe chapitre.

Et que dire de ce lemon? Bon ça y est nos nos mamours sont ensembles, ouf. J'aimerais comprendre une chose, pourquoi Rémus, qui est une créature magique et qui a supporté les bêtises de James et Sirius, est aussi "déplaisant" désolée je ne trouve pas le terme approprié avec le comportement d'Harry? Autre question super importante pour moi du moins lol , vas tu écrire cette fameuse partie de bowling avec Dumby et nos chéris? Remus ferait n'importe quoi pour être accepté par le monde magique qui rejette les loups-garous.

Il n'a pas le droit de se marier ni d'avoir d'enfants. Pour se fondre dans la masse il se comporte comme eux. Il n'a jamais rien fait qui mette en péril sa place aussi instable soit-elle. Contrairement à Siri et James. On ne suivra pas Bubus et Harry, je ne pourrais pas décrire une partie de bowling, je n'en connais pas les règles de toute façon et ça ne m'intéresse pas. Mais une mention en sera faite marrante au prochain chapitre. On saura ainsi ce qui se passe lors des sorties des trois zoulous.

J'avoue avoir découvert la fic sur FF. Superbe lemon, et on est rapidement immergé dans l'histoire. Accueil Forum Nos partenaires Charte Contactez-nous.




sexe fanfiction Robinet de sexe

La logique voulait que ce soit un Serpentard, puisque les parités étaient toujours Poufsouffle-Serdaigle et Gryffondor-Serpentard. Cependant, elle avait la possibilité entre deux Vert et Argent: Blaise et Pansy Parkinson, étant tous les deux Préfets depuis la cinquième année. Blaise n'en ayant pas parlé dans le train, elle supposait que ce serait Pansy… Or, elle n'était pas si enchantée que ça: Arrivés à Poudlard, et toujours émerveillés par la splendeur du Château, même après toutes ces années d'étude, ils se précipitèrent dans la Grande Salle, l'estomac dans les talons, se séparant pour rejoindre leurs tables respectives.

Une fois la répartition des nouveaux élèves terminée, Minerva McGonagall fit disparaître le Choixpeau et son tabouret à trois pieds. Le Directeur Albus Dumbledore se leva, et entama son éternel discours de début d'année:.

Je profite pour vous rappeler que la Forêt Interdite n'a pas changé de statut et que les Centaures n'arrêtent pas de se plaindre d'être sans cesse dérangés… alors, s'il-vous-plaît, si vous avez un tant soit peu de considération pour l'amitié qu'ils me portent encore, n'allez pas les ennuyer! Je vous présente le corps professoral, pour ceux qui ne le connaissent pas: Nous avons cette année quatre nouveaux Préfets-en-Chef: Hannah Abbot pour Poufsouffle la table concernée applaudit lorsqu'elle se leva , Terry Boot pour Serdaigle les mêmes applaudissements retentirent , les Gryffondor seront représentés par Hermione Granger une ovation s'éleva à sa table, ce qui la fit rougir et pour les Serpentard Hermione croisa les doigts sous la table , il s'agit cette année de Blaise Zabini.

Hermione sourit à son tour, soulagée. Les plats apparurent, remplissant les espaces vides sur les tables, et les élèves, ainsi que les professeurs, se servirent avec des grognements appréciateurs. Hermione sourit à tout un chacun, recevant les félicitations de certains, les encouragements, des autres. Elle laissa son regard glisser un peu partout dans la Salle.

S'attardant un moment sur la table des Professeurs, elle sourit en voyant Sirius, le parrain d'Harry, en grande conversation avec un Severus Rogue visiblement écroulé de rire. L'Animagus devait encore être en train de lui raconter les dernières frasques qu'il avait vécues avec les autres Maraudeurs.

Le Maître des Potions semblait avoir du mal à s'en remettre, à en juger par les larmes qui coulaient joyeusement le long de ses joues. La Gryffondor continua ses observations: Elle chercha ses autres amis des yeux: Drago et Théo étaient visiblement déjà en chasse pour ce soir, à la recherche de bras réconfortants pour bien débuter cette nouvelle année. Ces deux là butinaient de fleurs en fleurs sans jamais se poser… mais après tout, ils profitaient de leur jeunesse et de leurs hormones en ébullition.

Ce qui la fit réfléchir sur sa propre vie… elle avait presque dix-huit ans et n'avait personne pour calmer ses hormones à elle, qui étaient tout autant en ébullition que celles des autres… Elle n'avait plus été avec un mec depuis le milieu de sa sixième année, et ça commençait à lui peser… elle avait besoin d'un homme dans sa vie.

Elle avait besoin de trouver un exutoire. Sans prise de tête… Autrement dit, un mec qu'elle verrait juste pour s'envoyer en l'air! Pas d'amour, pas de romantisme ou autre niaiserie de ce genre! C'est tout ce dont elle avait besoin! Drago et Théo le faisaient bien, eux… et ils ne s'en portaient que mieux!

Il faudrait qu'elle y pense sérieusement! Elle fut sortie de ses pensées par un brouhaha lui indiquant que les élèves se levaient pour sortir de la Grande Salle et rejoindre leurs dortoirs respectifs. Hermione remarqua le Professeur McGonagall se diriger vers elle, avec un Blaise tout sourire dans son sillage.

Les deux nouveaux Préfets-en-Chef suivirent docilement la Directrice Adjointe à travers les couloirs du château. Enfin, quelque part au quatrième étage, dans l'aile Ouest de Poudlard, ils s'arrêtèrent devant un grand tableau sur lequel était peint un Elfe des Bois qui arrosait son jardin.

Je vous laisse visiter et vous rappelle que vous aurez une ronde de nuit à faire trois fois par semaine. Nous aurons également une réunion avec les autres Préfets-en-Chef tous les mois. La première se déroulera jeudi soir. Voilà… Bonne soirée jeunes gens. Puis, Hermione annonça le mot de passe au tableau qui pivota en dévoilant l'entrée de leur nouveau chez eux.

Blaise sourit à son amie, puis, attrapant sa main, se dépêcha d'entrer, pressé de voir l'intérieur. Arrivés dans leur Salle commune, ils stoppèrent net:. Blaise avait déjà les yeux rêveurs, ce qui fit rire son amie. Il est vrai que leur pièce commune y serait propice. Avec ses deux énormes fauteuils et son canapé trois places, en regard de la cheminée, devant laquelle se trouvait une petite table basse ouvragée, ainsi qu'une grande table à manger pouvant facilement accueillir une dizaine de convives, leur salle commune était des plus accueillantes.

Les tons beiges et bruns lui donnaient un petit cachet assez cosy et chaleureux. Deux portes se découpaient dans les murs opposés à droite et à gauche, ouvrant sur leurs chambres respectives. Une autre porte, un peu plus loin, indiquait la salle de bain, accessible également par chacune des chambres. Les chambres, respectivement aux couleurs de Gryffondor et de Serpentard, se composaient d'un lit à baldaquin, d'un bureau et d'une armoire.

Simples, pratiques, mais douillettes. La salle de bain était, à peu de choses près, la même que celle des Préfets, au cinquième étage: Une petite porte sur le mur du fond menait aux toilettes.

Les murs et le sol étaient faits de marbre blanc aux reflets irisés, donnant une clarté assez conséquente à la pièce. Une fois leur visite des lieux terminée, Hermione et Blaise s'installèrent chacun dans un fauteuil, face à la cheminée, dans un silence reposant et appréciant le calme de cette fin de journée.

Ils parlèrent un moment de tout et de rien, ainsi que de leur organisation pour les rondes qu'ils devraient faire ensemble et de l'ordre de passage à la salle de bain le matin. Après s'être souhaité une bonne nuit, chacun rejoignit sa chambre pour ranger ses affaires et se mettre au lit, afin d'attaquer les cours du lendemain au meilleur de leur forme.

Comme à chaque fois qu'elle avait des échantillons de sa prochaine collection, elle avait un stock d'enfer sur un énorme porte valise comme on en voit dans les hôtels. J'étais une chanceuse d'avoir une amie qui avait une collection de lingerie, je pouvais me servir dans le stock sans que ça ne me coute un seul sous. Et en prime, j'avais les plus beaux sous-vêtements sur le corps. On passa près de 2 heures à essayer la lingerie, Alice prenait des notes sur les améliorations à y faire ou non.

Je nous avais ramené 2 bouteilles de vin blanc tandis qu'Alice avait ramené des sushis. La première bouteille de vin tirait à sa fin et je me tournai vers une Alice complètement nue. Je remarquai une mèche folle sur son front que je remis en place.

Elle posa sa main sur la mienne et embrassa ma paume en fermant les yeux. Elle fit descendre la nuisette de dentelle rose que je portais la faisant tomber sur le sol. Je passai ma main derrière sa tête, ne forçant pas beaucoup sur sa nuque pour l'attirer vers ma bouche.

Je posai mes lèvres sur les siennes en un simple bisou. Nous nous regardions longuement, sans rien dire. Cette fois ce sont ses lèvres qui me rendent le petit baiser. Ma langue passa sur ses lèvres demandant l'accès à sa bouche. Nous ouvrions la bouche toutes les deux et nos langues se trouvèrent enfin. Nos corps se rapprochaient et nos seins se frottaient les uns contre les autres et je savais qu'Alice adorait ça.

Elle adorait sentir ma poitrine plus généreuse que la sienne contre elle. J'étais excitée comme chaque fois qu'on s'embrassait elle et moi. Je sentais l'humidité envahir mon intimité.

Mon Dieu que j'avais envie d'elle. Je l'emmenai doucement vers la chambre d'amis et je nous fis monter sur le lit. Tout en continuant de s'embrasser, Alice prit mes seins dans ses mains, elle les soupesait un peu avant de les envelopper totalement dans sa main.

Elle fit rouler les tétons entre ses doigts et moi j'approfondi encore plus si c'est possible notre baiser. Elle fini par briser notre baiser et prend mon téton dans sa bouche, le suce largement, le mordille, le titille et moi je presse sa tête contre moi pour en avoir toujours plus. Elle alterne ses caresses sur mes seins avant de nous faire coucher toutes les deux sur le lit en me surplombant, Elle m'embrasse encore avant de descendre sur mon corps.

Je n'attendis pas longtemps, juste le temps pour elle de lécher mon corps de la pointe de sa langue en une ligne droite et elle posa sa bouche sur le haut de ma fente déjà humide. Je sentis sa langue venir visiter mon entrejambe. J'écartai les cuisses pour faciliter ses caresses, j'avais tellement envie de sa bouche de la sentir sur mon bouton de plaisir.

Sa langue passa du bas de mon sexe jusqu'au haut m'ouvrant trouvant aussitôt mon clitoris et le léchant habilement. Elle jouait de la pointe de sa langue sur mon piercing, juste comme j'aimais, la pression et la vitesse étaient parfaites.

Elle savait comment me faire grimper aux rideaux rapidement. Ses doigts s'aventuraient à l'entrée de mon vagin, d'abord un puis deux, me pompant délicieusement, me faisait gémir. Je ne pus résister à la double caresse, envahie par ses doigts frappant mon point G et mon clitoris sous sa langue chaude et humide.

Je tremblai de tout mon corps, posant ma main sur la tête de mon amante pour la fixer à l'endroit où je voulais qu'elle travaille pour me faire exploser. Plusieurs gouttes de mon fluide brillaient sur sa peau sous la faible lumière de la lampe d'appoint. Alice remonta sur mon corps de la même façon qu'elle y était descendue laissant sa langue trainer avant de m'embrasser doucement me laissant me remettre de mon orgasme.

Elle frotta son sexe contre le mien et je savais qu'elle avait envie de quelque chose de fort juste à la pression forte sur moi pour se mener à sa délivrance. Elle voulait jouir sur moi avant de vraiment se faire baiser par le gode.

Je la laissai s'activer en posant mes mains sur ses fesses les malaxant fortement comme je savais qu'elle aimait. Je recommençai la pression écartant ses fesses pour caresser son petit trou, timidement juste pour lui donner envie. Elle se frotta encore un peu plus fort et je la sentis jouir, son corps tremblant sur le mien. Elle se laissa tomber à côté de moi sur le dos. Je n'étais pas capable d'y arriver même si j'avais souvent essayé. La nuit avait été peuplée de caresses parfois timides, parfois intenses et nous avions dormi collées l'une contre l'autre.

La semaine se passa doucement de cette façon et je dis à Alice que j'avais envie de me faire faire un nouveau piercing, Edward adorait celui sur mon sexe et je voulais lui faire une surprise en me faisant percer les mamelons, je lui en avais déjà parlé mais pour une raison inconnue, je ne l'avais pas encore fait faire. Nous étions donc dans la boutique de Paul mon tatoueur sexy et il me faisait installer sur sa chaise. Alice avait quelques modèles de bijou dans ses mains.

J'ouvris sans gêne mon chemisier et détachai mon soutien-gorge sur le devant, j'avais prévu le coup. Exposant ma poitrine généreuse aux yeux gourmands de Paul, satisfaisant mon côté exhibitionniste par le fait même. Paul de lécha les lèvres. Finalement je pris les bijoux les plus populaire mais à la place de simple boule argenté je pris celle avec des pierres, ça brillait plus. Alors Paul nettoya mon téton, le faisant dresser avec la fraicheur du liquide et prépara ses aiguilles.

Je ne savais pas trop si ça allait faire mal, j'avais les oreilles percées depuis longtemps et mon perçage sur le capuchon de mon clitoris datait de l'an dernier en plus de tous mes tatouages, j'avais une assez bonne idée de la douleur des aiguilles mais la douleur était différente d'une partie à l'autre sur le corps.

Paul ne compta même pas jusqu'à trois et perça mon téton droit puis ensuite le gauche, sans que je ne ressente une trop grande douleur, un pincement désagréable seulement. Il me sourit après avoir regardé le résultat de son travail. Je baissai les yeux durant qu'Alice tapait des mains s'extasiant de la beauté de cet ajout sur mes seins. Je me tournai vers mon amie, choquée. Elle avait le nombril percé, mais ça faisait longtemps qu'elle ne mettait plus son bijou.

Je ne comprenais pas pourquoi d'ailleurs, je croyais que ça ne la branchait plus. Ce fut à mon tour de taper dans mes mains. Paul s'exécuta après qu'Alice ait fait le choix des bijoux. Paul prit également une photo des seins et du nombril d'Alice et elle l'envoya à Jasper.

Paul nous expliqua les soins à donner, même si nous les savions, à nos perçages pendant qu'on remettait nos vêtements. Nous sortîmes de la boutique après avoir remercié et embrassé Paul. Alors voilà… Bella et Alice n'ont pas tenu aussi longtemps que les garçons… petites coquines…. Et Paul en tatoueur sexy Just In All Stories: Story Story Writer Forum Community.

Quand le plaisir et les sensations nous possèdent, notre vie rangée et tranquille se transforme en débauche torride le temps de quelques heures. Allo Il y a encore des gens qui veulent la suite? Je n'ai perdu personne? Phani merci d'être passée même si tu n'as pas aimé, ton commentaire était bien. Ton cul m'avait manqué!

On tomba tous les deux sur le lit dans le mouvement, reprenant notre souffle. Alice… -Oui on vient de terminer la journée. Il ferma son téléphone et se tourna vers moi et je savais déjà ce qu'il allait me dire. Alice te mène par le bout du nez. Regarde les horreurs que tu as aux pieds!

Bella Comme chaque fois que nous sommes toutes les deux seules pour la semaine parce que Jasper et Edward sont en colloque, nous en profitons pour passer la semaine ensemble et se livrer à des séances de sexe torrides Alice et moi.

..






Sexe de gel video sexe violent


Jasper y entra quand je sortis ne me laissant même pas fermer le robinet. Je m'habillai et attendis Jasper pour descendre prendre le petit déjeuner avec les autres participants de ce colloque, normalement comme deux amis, deux collègues de travail. Le contenu de ce séminaire pour la semaine faisait état des connaissances les plus récentes touchant diverses problématiques sexologiques contemporaines. Les thématiques abordées, étaient, les nouvelles technologies de communication et sexualité; les enjeux internationaux en santé sexuelle et en éducation sexuelle; la citoyenneté sexuelle et intersection des identités; les traumas sexuels et interpersonnels; le développement de la sexualité et de l'intimité à travers les âges et dans le monde moderne; les représentations de l'amour, du couple, des sexualités, de l'érotisme et de la pornographie; criminologie, contrôle social et sexualité; agression sexuelle, troubles sexuels, diagnostics et interventions spécifiques.

Assez grosse journée qui se termina vers 19h. En arrivant dans la chambre, je me laissai tomber sur le lit changé, l'autre faisant office de porte-bagages. Jasper s'écroula sur le dos à côté de moi. C'est pire d'assister à ses ateliers que de les animer, dit-il en se frottant le visage.

Je fermai les yeux relaxant dans le silence et je crois que mon ami en faisait autant. Je ne sais plus depuis combien de temps nous étions là quand une sonnerie dérangea notre tranquillité. Edward mon chéri, je sais que tu vas chez Gucci avec Jasper. Tu prendras la commande pour moi aussi. Je l'ai fait mettre à ton nom. Je t'aime mon amour, Bella. Jasper ricana quand il lut le message de Bella que je lui montrais. On enfila un bermudas, un t-shirt et nous filions vers Rodeo Drive.

Comme à chaque fois que nous passions une semaine à Los Angeles, nous nous retrouvions sur cette rue à récolter les paquets d'Alice et de Bella. Jasper n'était vraiment pas dans son élément même s'il pourrait y être habitué maintenant depuis qu'il vit avec Alice, mais moi, même si je détestais faire du shopping pour Alice, j'adorais en faire pour moi et surtout pour acheter des souliers à ma Bella.

Je me stoppai devant une paire de chaussure haute décontractée, bleue, rouge et noire qui portait le nom de Louis Orlato Men's Flat. Je vis qu'elle avait elle aussi rit face à ma réplique. On sorti de la boutique et j'avais maintenant les bras plein de sacs.

Jasper soupira et héla un taxi pour qu'on rentre à l'hôtel. Comme chaque fois que nous sommes toutes les deux seules pour la semaine parce que Jasper et Edward sont en colloque, nous en profitons pour passer la semaine ensemble et se livrer à des séances de sexe torrides Alice et moi. Les garçons ne le savent pas, mais depuis ce fameux soir i ans dans le chalet de la soirée bizutage du programme de sexologie, Alice et moi on ne peut plus se passer du corps de l'une et de l'autre.

On avait continué à faire des parties à 4 durant l'année qui a suivie, mais un soir Alice et Edward avait eu peur de se laisser aller ensemble et depuis nous avions discutés tous les 4 et nous avions décidés qu'après le mariage d'Alice et Jasper, nous cesserions nos soirées sexe. Alice et moi avions tenu seulement 6 mois après le mariage. Nous étions consciente que les mecs ne seraient pas heureux de savoir qu'on entretenait une relation toutes les deux en secret. Je suppliais Edward pratiquement chaque semaine de proposer à Jasper de reprendre nos soirées, mais il ne voulait pas, disant qu'il n'en ressentait pas le besoin.

Mais au fond de moi je savais que c'était par rapport à Alice, qu'il en avait très envie, il adorait baiser avec Jasper. Viens voir, j'ai tout plein d'échantillon de lingerie de ma nouvelle collection. Je posai mon sac et mes clés sur le buffet et je me dirigeai vers le salon où Alice trépignait d'impatience. Comme à chaque fois qu'elle avait des échantillons de sa prochaine collection, elle avait un stock d'enfer sur un énorme porte valise comme on en voit dans les hôtels.

J'étais une chanceuse d'avoir une amie qui avait une collection de lingerie, je pouvais me servir dans le stock sans que ça ne me coute un seul sous. Et en prime, j'avais les plus beaux sous-vêtements sur le corps. On passa près de 2 heures à essayer la lingerie, Alice prenait des notes sur les améliorations à y faire ou non. Je nous avais ramené 2 bouteilles de vin blanc tandis qu'Alice avait ramené des sushis. La première bouteille de vin tirait à sa fin et je me tournai vers une Alice complètement nue.

Je remarquai une mèche folle sur son front que je remis en place. Elle posa sa main sur la mienne et embrassa ma paume en fermant les yeux. Elle fit descendre la nuisette de dentelle rose que je portais la faisant tomber sur le sol. Je passai ma main derrière sa tête, ne forçant pas beaucoup sur sa nuque pour l'attirer vers ma bouche.

Je posai mes lèvres sur les siennes en un simple bisou. Nous nous regardions longuement, sans rien dire. Cette fois ce sont ses lèvres qui me rendent le petit baiser. Ma langue passa sur ses lèvres demandant l'accès à sa bouche. Nous ouvrions la bouche toutes les deux et nos langues se trouvèrent enfin. Nos corps se rapprochaient et nos seins se frottaient les uns contre les autres et je savais qu'Alice adorait ça. Elle adorait sentir ma poitrine plus généreuse que la sienne contre elle.

J'étais excitée comme chaque fois qu'on s'embrassait elle et moi. Je sentais l'humidité envahir mon intimité. Mon Dieu que j'avais envie d'elle. Je l'emmenai doucement vers la chambre d'amis et je nous fis monter sur le lit. Tout en continuant de s'embrasser, Alice prit mes seins dans ses mains, elle les soupesait un peu avant de les envelopper totalement dans sa main.

Bien sur, Lola sautait de joie et je ne pu lui refuser. Elle sortie de la salle de bain, prit son petit déjeuner et Hakito arriva vers 10h30 comme convenu. Elle nous fit la bise et parti enthousiaste avec lui. Une fois qu'elle fut parti, il régna un silence dans la pièce, je ne savais quoi dire, enfin si mais je ne pouvais lui dire et pourquoi je ne pensais qu'à ça en le regardant, j'avais déjà ressenti ça hier mais là, en voyant son corps presque nu C'est pire et ça devient pesant.

Je me suis levé sous le regard de Castiel, je suis allé à la cuisine, j'ai penché la tête sous l'évier et j'ai passé de l'eau froide sur celle-ci.

J'entendis Castiel se lever rapidement et soudain, il arrêta le robinet et releva ma tête. Ca va pas, qu'est ce qu'il te prend!? Rien rien, ça va Il passa sa main en dessous de mon menton et releva mon visage pour croiser son regard. Que me caches tu Lynn? Ses yeux, s'en est trop! Je ne dis rien, au contraire, je passais à l'acte, mon cerveau n'agissait plus, seul mon désir me disait d'agir.

Je le poussa et je ne sais comment, il trébucha et se retrouva à terre, il me regarda avec incompréhension. Je ne dis rien et me mis au dessus de lui, j'approchai mon visage du sien, je posais ma main sur ma joue et me rapprochai d'avantage et je le voyais très surpris.

Il me regarda et recula son visage. Lynn, qu'est ce que tu fais!? Je t'en prie Castiel, fait le! J'ai envie de toi! Pour la première fois, j'ai envie d'un homme! Bordel, comment réagir autrement fasse à ça, en plus elle réagit déjà Lynn, t'es consciente de ce que tu me demande!? J'approchais mon visage du sien, posais ma main sur son si beau torse et m'emparais de ses lèvres pour l'embrasser passionnément et je sentis mon corps réagir à cela. Je ne pus m'empêcher de passer mes mains au bord de ma nuisette et de l'enlever.

Après m'avoir dit cela, elle approcha son visage et s'empara de mes lèvres, je ne pu les refuser, comme hier son baiser me rendait dingue et mon corps réagissait à ce contact. J'ai du mal à lui refuser, que faire.

Je ne pu rien dire, que je sentis qu'elle enlevait sa nuisette en continuant de m'embrasser. A son baiser, je savais qu'elle était sincère, elle avait donc vraiment envie de moi, c'était réciproque mais comment va-t-elle réagir après Pour le moment, mon cerveau ne répond plus, seul mon corps agit. Quand j'ouvris les yeux, je vis ses sous vêtements, bordel, elle va me tuer ce n'est pas possible, je n'aurai jamais imaginé voir une femme avec des sous vêtement pareil.

Enfin si j'en avais déjà vu dans les catalogues mais je ne pensais pas trouver une femme portant ce genre de sous vêtements hyper sexy. En bref, il n'y avait aucuns chipotages pour les enlever. Voyant que j'avais ouvert les yeux, elle se redressa et me regarda en souriant.

On dirait que mes sous vêtements te plaise Moi qui dis ça! Si on me l'avait dit, je ne l'aurai jamais cru! On n'irait pas plutôt dans ma chambre? Je regardais son corps et vis la bosse sous son pantalon, il en avait envie mais il avait l'air très surprit et ne savait comment réagir face à la situation.

Je ne réfléchis pas deux fois et me jeta à son coup pour l'embrasser et toucher son corps parfait. Je sentis ses mains passer dans mon dos, aller jusqu'à mes fesses et il me souleva. D'abord surprise, j'enroulais ensuite mais jambes autour de sa taille, sa bouche descendit pour embrasser mon cou, je basculais la tête en arrière et il se dirigea vers sa chambre. Une fois dans celle-ci, il ferma la porte et me porta jusque dans son lit, il me déposa délicatement et vient me rejoindre sous la couette.

Il me regarda et caressa ma joue. Tu es sur, c'est ce que tu veux!? Puisque je te le dis! Il passa son bras en dessous de moi, se rapprocha, posa son autre main sur mon ventre, il me regarda et je mis ma main à sa nuque pour déposer mes lèvres sur les siennes. Il caressa mon ventre et ouvrit ses lèvres, j'acceptai sa langue dans ma bouche et il remonta sa main jusqu'à ma poitrine.

Ses gestes étaient doux, il était délicat, aucun homme n'avait était délicat avec moi, ils pensaient qu'à leur plaisir et tout ce qu'ils voulaient c'était du sexe. Non lui, il était attentionné, doux, délicat et j'adoré ça.

Une fois, la poitrine à nue, il approcha sa bouche de celle-ci et s'empara d'un de ses seins pour le lécher délicatement en continuant de parcourir le corps de Lynn de sa main droite. Puis elle se redressa et bascula leurs corps pour se retrouvé au dessus de lui, Elle avait envie de lui. Lynn sentait le sexe de Castiel durcir d'avantage dans son boxer mais elle n'y prêta pas attention et continua de torturer Castiel avec ses baisers brulant sur sa peau.

Elle descendit jusqu'à son pantalon, elle l'ouvrit et Castiel releva son bassin, permettant ainsi à Lynn d'enlever son pantalon mais aussi son boxer, libérant sa verge bien tendue. Lynn lança un regard coquin à Castiel et se pencha sur l'objet de ses désirs. Elle passa d'abord sa langue sur le bout de sa verge en faisant des vas et viens avec sa main.

Castiel ne la quitta pas des yeux et après que Lynn lui ai jeté un dernier regard, elle fit glisser son sexe dans sa bouche, enroula sa langue autour de celle-ci et procura un plaisir divin à Castiel, qui gémissait à chaque mouvement et ne pouvait s'empêcher de s'agripper au drap. Les muscles de Castiel se contractaient de plus en plus violemment, il était sur le point de craquer.

Le sentant, Lynn accéléra le rythme de ses vas et viens buccaux. Elle était tellement excitée que sa main accompagna les mouvements de sa bouche et Castiel ne put se retenir plus longtemps. Il passa ses deux mains fortes dans les cheveux de Lynn, il poussa un rauque viril et l'orgasme le frappa de plein fouet et il recracha sa semence dans la bouche de Lynn qui avala le tout.

Elle eut à peine le temps de se redresser que, déjà, Castiel l'avait retournée et plaquée contre le matelas. Il s'empara de sa bouche tellement passionnément que Lynn frissonna et gémit dans sa bouche. Les mains chaudes passèrent sur son corps, il joua quelques instants avec sa poitrine tout en continuant de l'embrasser puis passa sur son ventre. L'embrassant encore et encore, Castiel passa ses mains son sexe et Lynn gémit à nouveau.

Il appuya un peu plus sur son mouvement et elle s'arc-bouta contre le torse musclé du roux. Il commença à titiller le boutonde sa féminité et un léger tremblement secoua les jambes de Lynn. Il libéra les lèvres de Lynn et se redressa légèrement pour pouvoir l'observer.

Elle avait les yeux mi-clos, les joues rouges, la bouche entrouverte et la respiration haletante. Castiel la trouvait splendide. Il rentra un doigt en elle et elle se cambra un peu plus. Castiel sourit et accéléra ses mouvements tout en rajoutant un second doigt.

Il sentit quelque chose frôler sa main et baissa les yeux, Lynn avait posait sa main sur la sienne, le forçant à aller plus loin. James ne cessait de l'embrasser, au grand bonheur de celle-ci. Soudain, elle se sentit partir et, dans un long soupir, elle enfonça ses doigts dans le dos de James qui sentit les entrailles de Lily le serrer. Il ne mit que quelques secondes pour la suivre.

Il se reposa alors contre elle et essaya de reprendre sa respiration. Lily posa ses pieds sur le sol mais ses jambes endolories la firent vaciller. James la retint en souriant, passant ses bras autour d'elle et la serrant fort contre lui.

Lily sentit ses lèvres se poser dans son cou. Il était d'une extrême douceur avec elle. Elle se cala contre lui et il restèrent dans cette position pendant quelques instants, l'eau continuant à couler sur eux. James finit par se décoller de Lily et la regarda en souriant. Il prit ensuite son gel douche et commença à se laver pendant que Lily continuait à reprendre sa respiration, ses jambes vacillant toujours un peu.

Elle regarda James se savonner le torse, passer ses mains sur son corps. Lily prit elle aussi son gel douche et se savonna, dos à James. Elle le sentit se coller à elle et étaler le savon sur son ventre. Etre contre lui lui plaisait tant.

James remonta ses mains dans les cheveux de Lily qui se crispa encore une fois. Il sortit de la douche, laissant Lily seule, à son grand désespoir.

Elle espérait que non, il lui manquait déjà. Quand elle entra de nouveau dans la chambre de James, une serviette autour du corps, elle le trouva assis sur son lit, dos à elle, torse nu. Son dos était griffé de toutes parts et les dernières griffures que Lily avait laissées étaient encore rouges. Elle s'en voulait d'avoir fait ça, mais c'était plus fort qu'elle, quand elle était excitée comme elle l'avait été, elle ne pouvait s'empêcher de griffer. Elle se mit à genoux sur le lit et vint embrasser le dos de James qui sursauta.

Il sourit quand il se rendit compte de ce que Lily faisait. Il se leva et la regarda. Lily le suivit du regard, elle ne voulait pas qu'il parte, pas maintenant. Il ouvrit la porte et sortit, laissant Lily seule. Elle apprécia la caresse laissée par les lèvres de James sur elle. C'était ça qu'elle aimait chez lui, il ne manquait jamais une occasion d'être doux, tendre et gentil avec elle. C'était d'ailleurs ça qui lui avait fait changer d'avis sur lui tout au long de l'année.

Elle avait découvert un autre James, un James très attirant. Il était déjà très attirant avant, mais sa façon de se comporter ne plaisait pas à Lily, ce qui expliquait tous ses refus. Mais est-ce que lui voulait toujours d'elle? Elle n'en savait rien. Ils n'en avaient pas parlé. Et si c'était juste un coup comme ça? S'il ne voulait plus d'elle? Si Lily n'était plus qu'une fille parmi les autres? Elle ne voulait pas être une fille parmi les autres, non, elle voulait être LA fille.

La seule et l'unique. Elle se leva et s'habilla en vitesse, décidée à trouver James et à lui demander clairement ce qu'il en était d'eux deux. Quand elle sortit dans le couloir, elle se posa la question bête, mais néanmoins importante, de savoir où pouvait bien se trouver James. Elle se creusa la cervelle. Il devait sûrement être dans la Grande Salle avec les maraudeurs. Elle se dirigea donc vers celle-ci. Elle trouva Sirius, Peter et Remus mais pas de trace de James.

Sirius s'approcha alors d'elle. Elle préféra de rien répondre et sortit précipitamment de la Grande Salle. Elle courut presque jusqu'à l'infirmerie et entra. Elle trouva Madame Pomfresh en train de passer de la crème dans le dos de James. Quand il la vit, il sourit.

Je ne sais pas ce qui vous est arrivé Monsieur Potter, mais quoi ou qui que se soit, ça possédait une grande fougue pour que ça soit si profond. Elle posa son regard sur le torse de James. Il était vraiment beau. Elle sentit encore une fois son ventre se tordre et la chaleur monter en elle.

James se colla à elle et joua avec une mèche de ses cheveux.

sexe fanfiction Robinet de sexe