Histoire de sexe.net sexe monstre

histoire de sexe.net sexe monstre

..

Massage sexe amateur sexe prono

Le printemps n'étant pas un vain mot. Je célèbre à ses rites. Son Sacre est pour moi. Je sacrifie aux premiers bains de soleil. Je donne tout mon corps en pâture. Aucune parcelle de celui-ci ne doit être épargnée. Tout au long des week-ends et après qu'être rentrée du boulot je m'expose nue ainsi au bord de la piscine.

De retour à mon cours de conduite habituel un vendredi 17 heures Johanne apparaissant. Une invitation au lendemain pour aller à la plage en sa compagnie ses instructions devenues plus sérieuses. De retour à son bureau le trajet terminé me faisant part de mes points négatifs et positifs. M'affirmant que j'étais fin prêt à passer mon examen pratique.

Elle voulait que je réserve mes forces pour la journée suivante. Me promettant que j'allais fort probablement être lourdement testé physiquement. Ma tige quand même prête à venir la prendre sur son bureau. Elle voulait seulement discuter. Ma tante s'appelle Claudine. Ce n'est pas ma vraie tante, disons qu'elle est un peu éloigné de la famille, c'est peut être pour cela que je n'ai cessé de fantasmer sur elle.

Des nuits durant, je n'ai cessé de penser à elle, mais jamais je n'ai pensé qu'un jour, elle serait à moi pour une nuit. Une nuit, cela fait presqu'un an déjà. Pour moi, c'etait encore hier. J'etais partis au Maroc, mon pays natal, dans notre maison. Mon 'oncle' et ma tante Claudine etaient de passage chez nous, nous les avions hébergé pour quelques jours.

Je n'arrive toujours pas à décrire ce qui m'attire chez elle. Au moment des évènements, elle avait 15 ans, les cheveux ondulés qui lui arrivaient jusqu'aux épaules, les yeux verts une poitrine naissante et des petites fesses pour 1m60 environ. Avant de commencer à raconter, il faut que je décrive plusieurs points. Avec ma femme, nous dormons nus sous une couette, été comme hiver, et il nous arrive de profiter très souvent de mon érection matinale.

Elle pleurait souvent et je devais toujours la consoler pour la rassurer. Nous étions un couple très uni, la naissance de notre fille nous avait donné un bonheur complet. Ce retour en mémoire me ramène au début des années Je pense avoir toujours été attiré par les hommes et ce depuis ma plus tendre enfance.

Je la prenais en levrette, plaçant mes mains sur ses hanches et enfonçant et ressortant lentement ma bite entière. Chaque mouvement en profondeur me faisait écraser mon bassin sur ses fesses rougies et cela devait lui faire du mal autant que ma queue lui faisait du bien car ses cris étaient difficiles à décrire.

Après avoir lubrifié ma queue quelques minutes dans sa chatte, j'en sortais pour lui fourrer de nouveau ma bite dans la bouche. Après son décès je suis resté 2 ans sans nouvelles de sa femme ce qui ne me posait pas de problème ayant beaucoup de boulot.

Je lui promets de passer en fin de journée. Nos corps nus sont de nouveau en contact. Nous nous embrassons tendrement. Je suis allongé sur elle. Dès cet instant, le monstre se déchaîna. Les tentacules en forme de sexe l'arrosèrent copieusement. Les genoux de la malheureuse glissèrent et elle s'effondra à plat ventre, dans ce que j'appellerais du sperme alien. Les tentacules la pénétrèrent par devant et par derrière, la pilonnant sauvagement.

Ceux qui la retenaient par les bras, la retournèrent, et l'un d'eux se rapprocha de sa bouche. Elle essaya de secouer la tête de droite à gauche, mais un autre tentacule s'enroula autour de son cou.

Manquant de souffle, la jeune femme ouvrit la bouche, et le tentacule s'y engouffra. Il cracha une bordée de son sperme immonde. Le volume de liquide était tellement important que la jeune femme manqua de s'étrangler. Les tentacules l'avaient saisie sous les aisselles et sous les genoux, et l'avaient soulevée. Elle flottait dans un monde irréel, pénétrée de tout côtés.

C'était terrible et excitant à la fois. L'enseignante avait un corps magnifique. J'en ai honte maintenant, mais j'ai eu une érection. J'ai essayé d'aller chercher de l'aide, mais la porte de la cave s'était refermée derrière moi. Un tentacule s'est relevé et s'est retourné vers moi.

J'ai essayé de m'enfuir, et j'ai été attrapé par les jambes. Le monstre m'a tiré vers la fille et un tentacule est entré dans ma bouche. Le monstre m'a arraché mes vêtements et un tentacule a pénétré mon cul.

A mon tour, je fus submergé de liquide visqueux. Mon cul en était rempli, et en débordait même. En haut, la disparition de la prof, avait suscité l'émoi. Ça faisait des heures que les recherches avaient commencé quand quelqu'un eut l'idée de descendre dans les combles. La créature entendant toutes ces voix qui criaient, s'échappa, je ne sais pas comment.

L'enseignante et moi, avons tenté de raconter l'histoire. Personne ne nous a cru. Certains ont même pensé que nous nous étions cachés volontairement pour nous ébattre. Mais, encore maintenant, ils se demandent quel était ce liquide visqueux dans lequel, elle et moi, baignions. Impossible que ce soit mon sperme!



histoire de sexe.net sexe monstre

..


Des tentacules en forme de sexe, essayaient de la pénétrer à travers sa petite culotte. N'y parvenant pas, d'autres tentacules arrosèrent la pauvre femme d'un liquide visqueux, que j'ai compris plus tard, être son sperme.

Plus les tentatives échouaient, plus le liquide coulait. La pauvre femme en était couverte. Le monstre avait mis l'enseignante à genoux, les fesses proéminentes. Quand il a enfin compris que c'était le sous-vêtement qui le gênait, un tentacule se glissa dans la petite culotte et chercha une entrée. Il se glissa dans la raie des fesses de l'enseignante, trouva ce qu'il cherchait, et remonta vers le bord du slip.

Il le fit glisser lentement le long des hanches et des fesses de la jeune femme. Un autre tentacule lâcha une nouvelle bordée de son liquide. Celui-ci coulait dans la raie de la malheureuse. Dès cet instant, le monstre se déchaîna.

Les tentacules en forme de sexe l'arrosèrent copieusement. Les genoux de la malheureuse glissèrent et elle s'effondra à plat ventre, dans ce que j'appellerais du sperme alien.

Les tentacules la pénétrèrent par devant et par derrière, la pilonnant sauvagement. Ceux qui la retenaient par les bras, la retournèrent, et l'un d'eux se rapprocha de sa bouche.

Elle essaya de secouer la tête de droite à gauche, mais un autre tentacule s'enroula autour de son cou. Manquant de souffle, la jeune femme ouvrit la bouche, et le tentacule s'y engouffra. Il cracha une bordée de son sperme immonde. Le volume de liquide était tellement important que la jeune femme manqua de s'étrangler. Les tentacules l'avaient saisie sous les aisselles et sous les genoux, et l'avaient soulevée. Elle flottait dans un monde irréel, pénétrée de tout côtés.

C'était terrible et excitant à la fois. L'enseignante avait un corps magnifique. J'en ai honte maintenant, mais j'ai eu une érection.

J'ai essayé d'aller chercher de l'aide, mais la porte de la cave s'était refermée derrière moi. Un tentacule s'est relevé et s'est retourné vers moi. J'ai essayé de m'enfuir, et j'ai été attrapé par les jambes. Le monstre m'a tiré vers la fille et un tentacule est entré dans ma bouche.

Le monstre m'a arraché mes vêtements et un tentacule a pénétré mon cul. Tout juste l'autorisait-elle à venir se blottir contre elle durant la nuit, afin de Lui apporter un peu de sa chaleur animale. Mais il n'était depuis plusieurs jours, plus question de plaisirs charnels, car Hélène voulait conserver toutes ses forces et celles de son esclave pour franchir le chemin qui la mènerait jusqu'au Temple d'Apollon Epikourios à Bassae Et, donc, Clytia marchait Quand enfin, après des jours de cette pénible marche, Hélène stoppa brusquement au détour d'un sentier et pointa son doigt Plus loin, plus haut, elle montrait la Sacrée bâtisse qui dominait toute la contrée, notamment un gros bourg blotti quelques kilomètres en deçà, où l'activité semblait importante.

Clytia avait comme à leur habitude allumé un bon feu de bois mort auprès duquel Hélène s'était installée aussi confortablement que le permettait leur situation. L'esclave, après s'être occupée de la jument de sa Maîtresse, avait préparé un frugal repas qu'elle avait servi à La Belle Hélène Il ne leur restait plus guère de provisions, quelques magnifiques fruits du Verger des Dieux, une dernière part de viande et de haricots que l'esclave réchauffa sur le feu avant de venir s'agenouiller devant Hélène pour Lui présenter son repas disposé dans une écuelle d'or fin dérobée dans le trésor de Sparte.

Hélène contempla avec mépris cette misérable pitance. Elle daigna cependant se nourrir tandis que Clytia demeurait agenouillée, prosternée au côté de La Maîtresse. Celle-ci picorait dans son plat, avec des mines dégoûtées. Elle se força cependant à manger, afin de prendre quelques forces avant la dernière étape de leur trajet. Elle jetait parfois un regard vers les courbes délicieuses de son esclave immobile, sur ce joli corps que l'éclat des flammes nimbait de lueurs mouvantes.

Hélène posa sur le sol son écuelle au fond de laquelle restaient quelques reliefs de la pauvre pitance. Et l'esclave se déplaça pour venir laper le fond de cette gamelle improvisée dans cette écuelle de grande valeur Tandis que l'esclave se nourrissait telle une chienne, léchant le moindre relief de sauce, la main d'Hélène venait souligner les formes appétissantes de la jeune femme.

La Maîtresse se redressa et saisit l'esclave aux hanches, se frottant à sa croupe ondulante Hélène chevauchait la jeune femme comme l'aurait fait un mâle en rut! Puis elle s'adossa à la paroi de la grotte, ouvrant ses cuisses et dirigeant la tête au crâne rasé vers l'objet de son désir A petits coups de langue, l'esclave léchait le clitoris de sa Divine Maîtresse qui se cambrait, ne sentant même pas le frottement de la roche sur la peau de son dos.

Le clitoris gonflait sous cet assaut langoureux. Il était rouge et brûlant, prêt à exploser de jouissance. La bouche de l'esclave, comme une douce sangsue se collait aux chairs palpitantes et se gorgeaient avidement de la mouille salée qui s'écoulait doucement, comme l'eau cristalline d'un ruisseau de montagne Hélène avait plaqué ses mains sur la nuque de l'esclave et la maintenait fermement ainsi, prisonnière de ses cuisses musclées, bâillonnée par sa chatte dégoulinante et palpitante.

Clytia parvenait à peine à lécher sa Maîtresse, tant celle-ci la maintenait enfouie en Elle Soudain, elle fut surprise par une giclée de mouille qui venait d'inonder sa bouche. Hélène gémissait, s'abandonnait, mais pourtant gardait ses mains fermement appuyées sur la nuque de l'esclave, la maintenant ainsi, la contraignant à lécher encore, jusqu'à ce que fut absorbée toute trace de cette extrême jouissance. Clytia frémissait de tout son corps, tellement excitée par le plaisir qu'elle avait ressenti chez sa Maîtresse.




Copine sexe monsieur sexe gratuit

  • Histoire de sexe.net sexe monstre
  • Thara, tu vas te charger de la récolte. Mon 'oncle' et ma tante Claudine etaient de passage chez nous, nous les avions hébergé pour quelques jours.
  • Sex tube adolescent le sexe garçon
  • 412




Alexandra lamy sexe amateur video sexe


histoire de sexe.net sexe monstre